contact
Contact



Google



Histoire

29 août 1526 : Soliman triomphe à Mohacs


Le sultan ottoman Soliman le Magnifique bat les Hongrois à Mohacs le 29 août 1526. La Hongrie disparaît en tant qu'Etat indépendant. Pour le jeune sultan, cette victoire couronne un début de règne glorieux.

Marie Desclaux



Un succès inattendu

Soliman II a succédé à son père Sélim 1er en 1520. Agé de 25 ans, il engage aussitôt la conquête de Rhodes et la soumission de la Méditerranée orientale.
Là-dessus, il tourne ses regards vers le nord où l'élection à la tête du Saint Empire romain germanique de l'héritier des Habsbourg, Charles Quint, lui paraît lourde de menaces.
C'est ainsi qu'il noue une alliance de revers avec le roi de France François 1er, puis, pendant que ce dernier occupe les armées du Habsbourg à l'Ouest, monte une expédition préventive contre la Hongrie du roi Louis II (20 ans), située entre ses possessions des Balkans et celles du Habsbourg.
Les armées de Louis II et de Soliman se font face dans la plaine de Mohacs. Le sultan a alors l'astuce de dégarnir son centre et d'en ouvrir les rangs pour y attirer la puissante cavalerie hongroise. Les chevaliers se lancent avec fougue dans le piège, dans le fol espoir de s'emparer du sultan lui-même. Mais les rangs ottomans se referment sur eux et l'artillerie vient les décimer. Certains, dont le jeune roi de Hongrie, tentent de s'échapper par les marais où ils périssent noyés.
Fort de cette victoire inattendue qui l'amène aux portes de l'Occident, le sultan peut dès lors s'emparer tranquillement de Buda (aujourd'hui Budapest), capitale du royaume hongrois.
Dans un premier temps, il s'abstient d'annexer le pays et n'en a d'ailleurs pas les moyens. Il se contente de soutenir Jean Zapolya, candidat à la succession de Louis II sur le trône de Hongrie, contre Ferdinand d'Autriche, frère de Charles Quint.
Le 27 septembre 1529, il met le siège devant Vienne, la capitale des Habsbourg, pour soutenir son candidat. Soliman va-t-il s'emparer aussi de cette ville symbole ?
La résistance des habitants et celle des vingt mille soldats de sa garnison ont raison de sa détermination et il doit bientôt se retirer. Ses lointains successeurs tenteront sans plus de succès un deuxième siège de la prestigieuse cité, devenue malgré elle la place forte avancée de la chrétienté face à l'islam.
En attendant, le sultan est repris par l'affaire hongroise. Son candidat au trône Jean Zapolya étant mort, il partage le pays avec Ferdinand d'Autriche, ne laissant à ce dernier que la partie occidentale de la Hongrie et la mythique couronne de saint Etienne avec le titre de roi de Hongrie.
De ces événements douloureux, les Hongrois ont conservé un dicton : "On a connu pire à Mohacs".

07-10-2016

Source : Herodote.net





Diana BOUAYAD-AMINE
Artiste peintre
Collages et peintures
Page de Diana BOUAYAD-AMINE, artiste peintre


exposition



MAGAZINE

- Accueil
- Nouveaux articles
- Tribune citoyenne
- Côté jeunes
- Côté institutions
- Portraits
- Société
- Rétro
- Europe
- Livres
- Voyage, tourisme et découverte
- C'est arrivé ce mois-ci



PAGES PERSO

- Page de Diana BOUAYAD-AMINE, artiste peintre
- Sciences et Médecine
- Gastronomie
- Les plus belles oeuvres de l'humanité
- Sports et Loisirs
- Cinéma (films et acteurs)



LIENS EXTERNES

- Wikiuniversalis
- Le journal l'Equipe
- Union européenne
- Magazine Elle
- Allociné
- Journal Le Monde
- Magazine Paris Match